18 mars 2009

... Fantômes de Corps ...








continent à la dérive
qui m'aime me suive 
gouffres avides
tendez-moi la main 
rêves et ravins
règlent nos moulins
calent nos chagrins
le temps écrit sa musique
sur des portées disparues
et l'orchestre aura beau faire - pénitence
un jour j'irais vers l'irréel
tester le matériel
voir à quoi s'adonne
la Madonne
un jour j'irais vers une ombrelle
y seras-tu ... y seras-tu ... y seras-tu ...

Continent à la dérive
une vague idée me guide
c'est l'heure où je glisse
dans les interstices
à l'article de l'amour
je redeviendrais l'enfant terrible
que tu aimais
un jour j'irais vers l'irréel
un jour j'irais vers une ombrelle

y seras-tu ... y seras-tu ... y seras-tu ...
y seras-tu 
                                               L'Irréel , Alain Bashung, 2002



6 commentaires:

  1. un ballet d'ombres et l'hommage à Bashung...ça colle...ça glisse...c'est beau et triste
    bises
    karine

    RépondreSupprimer
  2. J'ai essayé avec un complice de faire un hommage à CE GRAND HOMME sur mon blog je n'ai pas réussi à mettre une musique cette chanson et si belle ...
    je viens du swap petit déj ...
    Mikele

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ce beau moment.
    Comment vas-tu ?

    RépondreSupprimer
  4. Tu voyages aux Antipodes? Bashung est par là-bas aussi?

    RépondreSupprimer
  5. Hello!SNIF BASHUNG VA ME MANQUER!!u_u
    néanmoins heureusement le soleil est revenue.!soyons positive!
    kisschou

    RépondreSupprimer

Bonjour, merci d'être passé dans ma cabane virtuelle . Si vous laissez une trace, je répondrais ici. A bientôt