22 août 2010

...méandres...

La mer plaque d'étain dans le levant et des cartons-caisses-valises-coffres qui dégorgent leurs objets-rebuts, objets-oublis, objets-souvenirs, objets-espoirs . et pêchés dans la brise du levant : des babioles en vieux plastoc (promesses d'histoires en l'air), des boutons de bois gros comme un grelot, bleu pétrole- mer en colère.

Puis la mer dentelle d'hermine, entrelacs métalliques, architectures éphémères aussitôt écroulées . Et les corps dansés par les marées intérieures qui remontent à la surface de la mémoire ; reflux des paysages de terre , des paysages secs, des paysages rouges, des visages habités.












(stage de danse . Aveyron . dans la tête d'Alfred qui s'endort à l'instant dans le vent marin)

2 commentaires:

  1. Magnifique terre rouge, de la glaise dont on fait les corps.

    RépondreSupprimer
  2. C'est bien d'avoir dansé tout l'été.......

    RépondreSupprimer

Bonjour, merci d'être passé dans ma cabane virtuelle . Si vous laissez une trace, je répondrais ici. A bientôt