23 avr. 2009

#5#

un petit chemin creux sur une île
un bracelet
"Les libellules volent parmi les herbes, les abeilles butinent les fleurs. 
Elle voudrait que leurs ailes frémissantes portent sa pensée à celui qu'elle a vu."

3 commentaires:

  1. Ah, désolée mais là c'est mon tour de boucler la valise pour une semaine complètement off. Allez, courage.

    A bientôôôôt !

    RépondreSupprimer
  2. Il était une fois un petit chemin creux sur une île. Au bout de ce chemin, il y a la plage, et à l'autre bout, un village en pierre avec des fleurs et un pont en bois. En passant le pont, on arrive dans un champ et de l'autre côté du champ, il y a la maison d'une petite fille. La petite fille est douce et rêveuse et passe le plus clair de son temps à regarder passer les gens qui vont à la plage. Un jour, au bout du champ, elle a vu passer un très joli petit garçon. D'ailleurs, ce n'était sûrement pas un petit garçon. C'était un prince, charmant et courageux, avec un cheval pour partir loin et des bras doux pour s'endormir.
    Depuis, la petite fille n'a jamais revu le garçon mais elle l'attend chaque jour au bout du champ. Les libellules volent parmi les herbes, les abeilles butinent les fleurs. Elle voudrait que leurs ailes frémissantes portent sa pensée à celui qu'elle a vu. Elle se dit que si elle ne revoie pas le petit garçon, elle ne mangera plus et elle scotchera ses yeux ouverts pour ne pas s'endormir, et même, elle pleurera toutes ses larmes et après, quand elle n'en aura plus, elle pleurera son sang. Et alors, elle mourra.

    Ce n'est pas la petite fille qui a appelé le Grand Oracle. Elle ne savait pas qu'il existait sur la Terre un Grand Oracle pour sauver le monde. Ce sont les libellules qui sont allées le chercher. Car le Grand Oracle comprend le frottement d'aile des libellules. En voyant la petite fille, toute maigre et blanche au milieu des fleurs, il n'eut pas besoin de se coucher sur le sol pour trouver une solution. Il dit: "Qu'on aille me chercher un bracelet et deux cuillers d'huile de foie de morue". Lorsque les libellules revinrent avec un fin bracelet d'argent et un peu d'huile dans une bouteille, il commença par s'enduire les cheveux avec l'huile et passa le bracelet au poignet de la petite fille, en le faisant remonter le long de son bras jusqu'à ce qu'il se bloque sur sa peau. Alors, il prit sa main, ferma les yeux et entra dans les pensées de la petite fille. Ce qu'il y vit était à la fois merveilleux et terrifiant. Mais il s'installa là et commença à combattre une à une les idées noires. Ensuite, il laissa la petite fille aux bons soins des libellules et partit à pied sur le chemin pour y retrouver les traces du garçon. Lorsqu'il les eut trouvées, il les suivit pendant des jours et des nuits. A son retour dans le champ, il tenait à la main un très joli petit garçon. Mais d'ailleurs, ce n'était pas un petit garçon. C'était un prince, charmant et courageux, avec un cheval pour partir loin et des bras doux pour s'endormir.

    Parfois, le Grand Oracle est un vrai héros.

    RépondreSupprimer

Bonjour, merci d'être passé dans ma cabane virtuelle . Si vous laissez une trace, je répondrais ici. A bientôt